Il a vu mais il ne repond pas

Ce doux moment où il a enfin « vu » le message et que les trois petits points n’apparaissent pas. Ni aujourd’hui, ni demain. Comment faut-il le prendre et que faire ?

La fonction « vu » n’est pas toujours la bienvenue. Si elle joue le rôle d’accusé de réception (c’est bien pratique), les choses se gâtent quand notre interlocuteur (pour qui on en pince, évidemment) « voit » sans répondre. A croire que l’on préférait ce temps où le doute planait des jours entiers : il a peut-être perdu son portable, il est peut-être très occupé, il a peut-être eu un gros problème. A coups de « peut-être », on se passait de la pommade. Aujourd’hui, le « vu » nous turlupine. Est-ce que l’autre se fiche de nous ? Que faire ou penser ?

Coucou les « peut-être »

On commence par rester calme, parce qu’aux dernières nouvelles, il y a plus grave qu’un « vu » sans retour. Inutile de perdre du temps et de l’énergie à se tracasser. Pour ça, on fouille dans nos vieux placards et on utilise la stratégie du « peut-être ». Ce n’est pas parce qu’il a vu qu’il n’a pas perdu son portable, qu’il n’est pas très occupé, ou qu’il n’a pas eu un gros problème. Parfois, on « voit » un message tandis qu’on est en plein jus et on traite nos notifications plusieurs heures plus tard. Néanmoins, si ça fait une semaine, autant penser qu’il est « peut-être mort », mais comme c’est glauque, concluons plutôt que « peut-être il s’en fout ».

Donner une chance

Certes, une personne intéressée, qui a très envie de boire un verre avec nous ou tout simplement de papoter avec nous, répond. Elle saute sur l’occasion. Elle est flattée, heureuse, ravie et elle donne suite. Néanmoins, tout le monde n’exprime pas son enthousiasme en trois secondes et beaucoup préfèrent attendre trois jours (la fameuse règle). Si nous partons du principe qu’il est vain de « faire des plans » et de se faire désirer (pourquoi jouer quand on a envie ?), notre interlocuteur ne fonctionne peut-être pas de la même façon. On lui laisse une chance, celle de réagir dans quelques jours ;

Relancer sans tergiverser

Si les jours passent et que ce manque de réponse nous obsède, pas la peine de rester dans cet état. On relance, parce que justement, on n’est pas du genre à se retenir et à feindre l’indifférence. S’il nous tient à cœur de parler avec cette personne et de la revoir, on se permet donc un nouveau message. On évite seulement de s’énerver ou de faire la victime (« non mais bon, je m’y attendais, j’ai l’habitude qu’on ne me réponde pas… »). Au contraire, on est sympa. On demande si tout va bien, si le verre est une bonne idée ou non, et on explique, pourquoi pas, que le ghosting n’est déjà plus à la mode.

Et puis zapper

Si notre deuxième tentative n’aboutit pas, si on se mange un nouveau « vu » bien dégoûtant, on finit par passer à autre chose. Considérons ce deuxième râteau comme un « désolé, ça ne m’intéresse plus ». Mettons les mots que l’autre n’a pas mis. Pire : les mots qu’il n’a même pas pris la peine de chercher et écrire. Prenons les devants et ne nous laissons pas abattre pour deux messages perdus dans la nature et un prétendant qui ne daigne se manifester. Après tout, il vaut mieux que l’histoire – qui n’a pas réellement commencé – s’arrête maintenant. Sinon, la relation risque d’être longue et chaotique.

A lire aussi

7 mensonges pas bien méchants qu’on fait tous online

Exemples des omissions les plus fréquentes

Les rendez-vous ratés

Découvrez les perles des commentaires laissés par les femmes à la suite de notre nouvelle...