Eviter les blancs au premier rencard

S’il y a bien une chose que l’on redoute lors du premier rendez-vous (si ce n’est que l’autre vienne avec sa mère), c’est le blanc. Le gros blanc, le long blanc, bref ce moment gênant où le silence s’impose sans que l’on ne parvienne à rebondir. On vous donne nos trucs et astuces pour combler les trous.

Une fois les principaux sujets abordés (tu fais quoi, tu viens d’où, et sinon ça va ?), il se peut que l’on tombe sur un blanc. Et tomber sur un blanc, ce n’est pas mauvais signe. C’est même normal. Au premier rencard, on n’est pas des plus à l’aise. On veut paraître sous son meilleur jour (coucou l’entretien d’embauche). Bien sûr, on pourrait en rire. Sauf qu’il suffit de trois secondes de silence pour que nos joues s’empourprent et que notre langue nous lâche définitivement. Découvrez notre antisèche, celle qui vous sauvera de votre pire ennemi : le blanc.

L’actualité

Pas la peine de potasser le JT et de connaître le calendrier des grèves SNCF sur le bout des doigts (même si ça peut avoir son style), mais force est de constater que ce qu’il se passe dans le monde est source de conversation. On évite les sujets houleux (comme le nouveau parti de Benoît Hamon ou la succession Halliday) mais on peut sans problème causer du Festival de Cannes, du nouveau scandale alimentaire, de la coupe du monde de football ou de l’opération de l’oreille de Céline Dion (la gauche).

Si le blanc persiste : lisez à voix haute votre dernière notification France Info.

Le décor

Remplir un blanc, c’est partir à la pêche, c’est chercher une prise. Il suffit alors de promener ses yeux autour de soi pour relancer la conversation. Le serveur peut en prendre pour son grade (ce ne sera pas la première fois). Mais on peut aussi poser notre regard sur le petit chien à deux mètres (et là, on parle animaux) ou sur le plat de la voisine (et là, on parle Top Chef). Ou encore au ciel : après tout, la météo, ce n’est pas si mal. On sait tous les deux qu’il n’est pas simple d’apprivoiser le silence et que certaines phrases bateau sont émises dans le seul but d’opérer une transition.

Si le blanc persiste : allez faire un tour au parc ou dans la rue, bref changez de décor.

La journée

Généralement, on demande à l’autre où il a grandi, où il vit et où il bosse. On le questionne également sur ses études et ses projets pour les vacances (moi je n’ai pas changé d’adresse). Mais on oublie que pour faire connaissance, causer de sa journée est idéal. On découvre alors une série de détails sur son prétendant (ce qu’il prend au petit-déjeuner, l’odeur de son gel douche et l’ambiance du RER C). Des informations simples comme bonjour qui, au fond, nous importe : on est là pour conjuguer une histoire au futur et partager (qui sait) un quotidien. Et puis, en discutant de nos journées, on dérive sur un tas de sujets.

Si le blanc persiste : si sa journée est creuse, demandez-lui ce qu’il fait demain (ce sera peut-être mieux).

L’information inutile

On peut toujours dédramatiser et sortir de nulle part une information complètement inutile. C’est cadeau, en voici trois : le nez de la statue de la liberté mesure 1,37 mètres, le premier SMS a été envoyé en 1992, l’alphabet Hawaïen contient 13 lettres. En jetant une phrase de ce genre, on pourrait bien rire et se mettre à jouer au jeu des « tu savais que ? ». On va bien s’amuser.

Si le blanc persiste : une information inutile peut faire un bide, auquel cas rebondissez illico sur le conflit Israélo-Palestinien.

Le deuxième verre

Ou le troisième, après tout. Si le blanc survient et que votre cerveau s’agite (que dire, que faire, est-ce que cela signifie qu’on ne se plaît pas ?), l’option « on commande un autre verre ? » est parfaite. D’abord, elle permet de casser le blanc (en laissant du temps pour préparer sa prochaine attaque), ensuite, elle permet de cerner l’état d’esprit de notre partenaire. S’il refuse, ciao. S’il accepte, ça veut tout simplement dire qu’il est bien, que lui aussi a conscience des blancs mais qu’il s’en fiche pas mal au fond. Comme disait un ex, l’amour c’est quand un long silence n’est plus gênant. Continuez, ça viendra.

Si le blanc persiste : montez à dix verres (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé).

A lire aussi

Premier rencard, check ! Comment assurer le deuxième ?

Nos conseils pour réussir son deuxième RDV aussi bien que le premier

Le pourquoi de mes échecs amoureux

Explications et conseils pour repartir du bon pied