Flore Cherry : « Pour draguer en ligne, il faut arrêter le salut ça va, trop impersonnel »

La drague n’échappe pas au monde des applications de rencontres, bien au contraire ! Si un écran s’immisce entre nous et notre prétendant, cela ne signifie pas que nous devons négliger notre approche. Comment séduire ? Comment se démarquer ? Nous avons interrogé Flore Cherry, chroniqueuse sexo et auteur de Osez… draguer un mec (éd. La Musardine).

Once : Les femmes draguent de plus en plus. Les applications de rencontre y sont-elles pour quelque chose, dans la mesure où se lancer en ligne est plus simple que dans le réel ?

Flore Cherry : Se lancer en ligne est vraiment différent, oui. Dans le réel, il est assez difficile de tricher et beaucoup d’informations sont transmises en même temps. Par écrit, on a plus le temps de poser ses mots et de construire son discours… et donc potentiellement de paraître beaucoup plus intéressant qu’en vrai. Cependant, il faut bien maîtriser les codes du virtuel, de l’écrit mais aussi la façon de se vendre. C’est plus facile pour ceux qui sont jeunes et qui maîtrisent ces nouveaux outils, tandis que cela peut être terrible pour une ancienne génération qui n’a pas été habituée à se mettre en avant sur les réseaux sociaux.

Comment aborder un mec en évitant le salut ça va ?

Si c’est sur un site de rencontre, il faut impérativement lire la fiche du mec que l’on veut draguer et rebondir dessus. Faire une petite blague de prime abord peut d’ailleurs très bien marcher. Le problème du « salut, ça va », c’est que c’est totalement impersonnel. L’idée est donc d’aborder l’autre en essayant de remettre quelque chose d’authentique dedans. De singulier.

La règle du « fuck yes » consiste à se diriger vers des relations enthousiastes et donc des personnes enthousiastes, afin de ne plus perdre son temps avec des rencontres qui ne mènent nulle part. Mais comment cerner l’enthousiasme des mecs sur les applis, du moins à quels indices se référer ?

La règle du « fuck yes » sur les applis peut se mesurer à plusieurs marqueurs : d’abord la taille et la qualité du message. Est-ce que l’autre a réellement pris le temps d’écrire ? Est-ce qu’il me relance régulièrement pour maintenir un dialogue ? Est-ce qu’il s’intéresse à ce que je dis ou est-ce qu’il a clairement une idée en tête et se moque de mes intérêts ? Cela peut aussi se mesurer à la régularité de la réponse. Si votre « crush » vous répond au bout d’une semaine - sauf s’il a un très bonne excuse - a priori, c’est un « fuck bof ». Pas un « fuck yes » enthousiaste !

Existe-t-il un « délai correct » pour se rencontrer en vrai ?

Je pense qu’il ne faut justement pas se fier à « ce que l’autre va penser de moi si je dis oui maintenant pour une rencontre réelle » mais vraiment s’écouter. Est-ce que je suis disponible maintenant pour une rencontre ? Est-ce que j’ai envie d’attendre un peu ? La bonne question n’est pas de se demander ce que pense l’autre nous, mais ce dont nous avons réellement envie !

Pour se démarquer sur le marché face à « l’offre » dispo sur les applis de rencontre, on peut faire quelque chose en particulier ?

Plus on est soi-même (des photos réalistes prises dans notre quotidien, des informations sur les choses que l’on aime etc.), plus on se démarque sur le marché du célibat 2.0 !

Pour aller plus loin :

Osez… draguer un mec, de Flore Cherry, éd. La Musardine, 9 €

A lire aussi

Pourquoi rencontrer l’amour en ligne est aussi magique qu’IRL

La psychanalyste Evelyne Dillenseger vous explique pourquoi

Première nuit ratée

Pourquoi se laisser une deuxième chance ?