Confiance en soi : 4 tips pour la booster (et rencontrer l’amour)

On ne voudrait pas enfoncer de portes ouvertes, mais une petite quand même : lorsque nous avons confiance en nous, nous sommes plus susceptibles de faire des rencontres durables. Mode d’emploi (facile) pour croire en soi, ne serait-ce qu’un petit peu.

Apprendre chaque jour

Manquer de confiance en soi, c’est se trouver un peu « nul ». Un peu quoi : on n’est pas assez intelligent, assez beau et assez drôle, et on doute de pouvoir le devenir un jour. Pour se faire du bien, apprenons. Plongeons dans les livres, mettons-nous à la cuisine, bossons notre chinois ou notre anglais, regardons les infos, éveillons notre curiosité. A force d’apprendre, notre confiance en nous augmente. On croit en nos capacités. On a moins peur d’un rendez-vous amoureux ou professionnel, même s’il n’est absolument pas prévu qu’on y parle chinois. Cette confiance qui s’installe booste notre estime dans tous les domaines, ou comment se mettre à la cuisine peut nous donner le sentiment d’être quelqu’un d’hyper drôle.

Se tenir droit

Quand on se balade le menton dans les pieds, le regard fermé et le torse recroquevillé, bonjour l’image négative que l’on a de soi-même. De plus, ce n’est pas comme ça que l’on va repérer ce bel individu à deux pas de nous et lui donner envie de venir nous parler. On redresse donc tout ça : on lève la tête, place ses épaules, bombe le torse. On marche d’un pas droit et décidé. Ainsi, on se sent plus ancré, plus présent à soi et donc aux autres. Cette posture a le don d’envoyer des messages positifs à notre cerveau et notre confiance en profite pour entamer une petite danse de la joie. On est là, on est bien, au point de ne même savoir quelles chaussures on porte ce matin.

Arrêter de juger

On adore juger. C’est humain. Même quand on manque de confiance en soi. Untel est mal habillé, untel est radin… En agissant ainsi, on cherche à se rassurer, se comparer, se repositionner (ou à rire, c’est selon). Disons que ça peut faire du bien. Le souci, c’est que plus nous sommes durs avec les autres, plus cela signifie que nous sommes durs envers nous-même. Développons notre bienveillance et soyons plus compatissants. Pour y parvenir, allons-y par étape. Décidons, par exemple, de ne juger personne pendant une heure (vous verrez, on juge tout le temps en fait). Et si une pensée débarque, remplaçons-la par quelque chose de positif : cette personne a franchement de très jolis cheveux pas secs du tout. En étant plus sympa avec les autres, on devient plus sympa avec soi.

Etre son pote

Lorsqu’il s’agit d’encourager un ami, on sait faire. On lui donne des conseils et on le complimente. On lui démontre par tous les moyens qu’il est intelligent, drôle et beau, et on ne se pose même pas la question de savoir « si c’est vrai », ça n’a aucune importance. Avec les autres – et bizarrement, même ceux qui nous sortent pas les yeux – on est toujours hyper sympa. On trouve les mots. Alors pourquoi est-il si compliqué de se comporter ainsi avec soi-même ? Pourquoi sommes-nous notre pire ennemi ? Devenons plutôt notre ami. Adressons-nous à nous même comme à un pote. Que dit-on à un ami qui se plaint d’être célibataire ? De manquer d’humour ? D’être au chômage ? Optons pour le même discours, de soi à soi. Et voyons comment notre vie change. <!–stackedit_data: eyJoaXN0b3J5IjpbNDEzOTg0NzcwLC0yMDg0Njg3NTg4LDE1NT A3MjQzNDAsOTAyMTA1MjYwLDQwNzI0NTY5OSwtODg3MTkxMDc5 LC01MjM5MzExMzcsLTE4MzI3OTkyNTIsLTE5OTE1NTY2ODcsLT E3MjM5MDY2MjgsLTIxMjAyNjI0MzAsMjk4NTY0MDYzLDk0OTcz ODA0MiwxMDI3OTY2MjUxLDQ0Nzc2ODcwNiwtMTYyOTEyNjY1MC wtNjIyMzUxMDEyLC0xOTIwNjQxNTg1LDIwMzQ2NjU3NTNdfQ==

–>

A lire aussi

Comment friendzoner un mec ?

Cet homme n’est pas celui de notre vie. Néanmoins, il a des airs de très...

Eviter les blancs au premier rencard

Notre antisèche contre les moments gênants