Apprivoiser son stress avant le premier rencard

Un premier rendez-vous, ça génère un peu de stress… Ajoutons à ça le facteur « rencontre online » : on ne s’est jamais vu, on appréhende d’autant plus. Comment se calmer ?

Je ne prévois pas le rendez-vous… dans 6 ans

Salut, ça te dit qu’on se donne rendez-vous dans 6 ans ? D’accord, il y a peu de chances que les choses se déroulent ainsi, mais on tient à souligner un point essentiel : plus on attend, plus le stress a tout le luxe de s’installer. Imaginez l’attente comme un hamac qui s’étire, s’étire, et dans lequel nos angoisses se vautrent littéralement. Ne jamais s’être vu IRL est source d’interrogation. Et s’il n’était pas terrible ? Et si je le décevais ? Autant couper court à ces questions (qui remuent) et foncer.

J’anticipe deux trois détails

Pour plus de sérénité, on décide avant même du lieu (déjà le connaitre est rassurant) et de notre tenue (changer dix fois de jean identique, ça rend fou). En plus de ça, on prend de l’avance. Quitter le boulot trente minutes avant, ça ne veut pas dire que l’on s’emballe et qu’on prend ce rendez-vous très (très) au sérieux, simplement qu’on évite d’ajouter du stress au stress (on sait notre sens de l’orientation). Donc on n’hésite pas à gérer les petits détails afin de garder un certain contrôle sur la situation. Et garder une part de contrôle, ça détend quand on fait face à l’inconnu.

J’apprends à respirer

C’est bête à dire (parce qu’on nous bassine avec la respiration) mais quand le stress squatte notre esprit, quand c’est le « bordel » là-haut, il est bon de se concentrer sur autre chose, cette autre chose étant son corps. On inspire par le nez en gonflant sa poitrine puis son ventre. On expire par la bouche en relâchant son ventre puis sa poitrine. Et soudainement, on s’ancre. On se sent là, présent à soi-même, plus calme. On met de côté nos angoisses qui continuent d’exister mais ne nous déstabilisent plus.

Je me projette OKLM

Pratiquons la visualisation positive. Nous sommes tous les deux assis à la terrasse d’un café ou accoudé au comptoir. Nous faisons connaissance, nous sommes bien, nous sommes même ravis de découvrir que nos visages correspondent à nos photos de profil et que l’idée que nous nous étions faite l’un de l’autre est la bonne. Nous rions, passons un bon moment, envisageons de recommencer. Imaginer la scène qui nous plait aide à s’apaiser. Faisons-nous des films !

Je m’en fous

Ce n’est pas qu’on se rend au rencard en tongs et les mains dans les poches, c’est qu’on y va sans pression. S’en foutre, c’est comprendre qu’on ne joue pas notre vie. Restons factuel : on a simplement un rencard avec un mec (ou une fille) qui nous inspire et nous intrigue. Certes, on a peur de ne pas plaire, mais on oublie souvent que l’autre peut ne pas nous plaire. Donc, avant le rendez-vous, on se rappelle que l’on ne va rien signer. On va simplement apprendre à se découvrir. C’est un premier pas. Et si ce premier pas se prend les pieds dans le tapis, tant pis. On y sera allée, on aura vu, on sera rentré. <!–stackedit_data: eyJoaXN0b3J5IjpbLTE4MzI3OTkyNTIsLTE5OTE1NTY2ODcsLT E3MjM5MDY2MjgsLTIxMjAyNjI0MzAsMjk4NTY0MDYzLDk0OTcz ODA0MiwxMDI3OTY2MjUxLDQ0Nzc2ODcwNiwtMTYyOTEyNjY1MC wtNjIyMzUxMDEyLC0xOTIwNjQxNTg1LDIwMzQ2NjU3NTNdfQ==

–>

A lire aussi

7 mensonges pas bien méchants qu’on fait tous online

Exemples des omissions les plus fréquentes

On vous explique pourquoi un seul match par jour

Préférez la qualité à la quantité